Une vingtaine de cégeps du Québec choisissent KOHA comme SIGB pour leurs bibliothèques

En juin 2010, un groupe de cégeps regroupés autour du Centre collégial des services regroupés (CCSR) mettait fin au processus d’appel d’offres visant le remplacement du système Manitou de Telus. Implanté depuis une dizaine d’années, ce système qui n’a jamais vraiment répondu aux besoins des bibliothèques collégiales sera finalement remplacé par un logiciel à code ouvert. 

Après un appel d’offres formel, ouvert autant aux producteurs de logiciels propriétaires, qu’aux firmes proposant les services de soutien aux logiciels à code ouvert, la décision a été rendue : c’est la firme SYS-TECH de Québec qui remporte le concours en proposant le logiciel KOHA comme nouveau logiciel de gestion de bibliothèque.  Ce logiciel est un logiciel open source, SYS-TECH est la  compagnie qui  fournira les services de soutien à l’implantation aux différents cégeps. Cette entente durera 6 ans, dont une année d’implantation (2010-2011) et  5 années d’opération (2011-2016).

À la fin de ce premier contrat, il est possible de prolonger ce dernier pour deux autres périodes de deux ans.  Au départ, 25 mandants s’étaient regroupés pour faire l’appel d’offres. À la fin, quelques 19 cégeps ont répondus positivement à cette offre, certains répondront bientôt et d’autres cégeps, qui n’étaient pas mandants, font des approches pour s’inclurent dans le projet.  À ce titre, il n’est pas exclu que des bibliothèques ou des organismes demandent à partager l’expertise qui se mettra en place. À ce titre, c’est une très grande partie des Cégeps qui accepte de participer à une première au Québec : l’implantation à une large échelle d’un logiciel à code ouvert.  Et ceci ne peut être que de bon augure.

Qu’est-ce que KOHA ?

KOHA est à l’origine un logiciel développé en Nouvelle-Zélande au cours de l’été 1999.  Ce logiciel est maintenant distribué en licence GPL (General Public Licence) dans plusieurs pays.  Le logiciel repose sur le WEB et toutes les fonctionnalités la circulation, le catalogage, les acquisitions, les périodiques, etc. sont accessibles sur simple identification des droits d’usagers ou des gestionnaires par mots de passe.

Koha répond aussi aux différentes normes bibliothéconomiques. Il respecte le MARC 21 et le Z39.50.  Il est aussi traduit en diverse langue, y compris le français.

Koha est largement installé en France. Récemment une quatrième rencontre a eu lieu durant laquelle les présentateurs et présentatrices ont largement mis à profit les expériences d’implantation du système en question. Des expériences de très petites bibliothèques à des expériences de bibliothèques universitaires de grande taille ont fait l’objet d’un bilan, toujours positif.  Pour voir les vidéos de ces présentations.

Chronologie du projet

Début des travaux en 2010 et implantation de KOHA pour juin 2011. Les signataires auront la possibilité de modifier le système pour qu’il réponde le mieux aux besoins des utilisateurs finaux. La possibilité d’intervenir dans le fonctionnement du programme, de le modifier, d’y ajouter des briques de développement soit par des outils comme des CMS, des outils portails, des logiciels libres de recherches fédératives, en somme tout élément que les utilisateurs voudront mettre à la disposition de leurs jeunes clientèles.

En somme un projet, un premier projet d’une envergure et d’une taille importante c’est possiblement ce qui manquait aux logiciels à code ouvert au Québec pour prendre racine.

Roger Charland

Bibliothécaire professionnel

type: 

Thème: