Le monde du libre

La mère Zaclys : petite asso et grands services !

Framablog -

Notre campagne degooglisons a vocation non à se substituer aux initiatives mais à en inciter l’émergence et à mettre en avant celles qui existent. C’est pourquoi, chez Framasoft, on pourrait être un peu jaloux de la mère Zaclys, mais on est surtout admiratifs de la réussite et de l’esprit qui anime cette petite association.

Comme vous allez le lire dans l’interview que nous ont accordée ses responsables, cette association déjà ancienne et bien implantée a récemment « décollé » et gagné en visibilité jusqu’à compter aujourd’hui plus de 10 000 adhérents.
Nous avons voulu en savoir plus et comprendre ce qu’elle propose, comment elle fonctionne et où elle veut aller. La Mère Zaclys a accepté de répondre à nos 42 questions.

 

1. Bonjour, pouvez-vous vous présenter brièvement ? C’est qui, la mère Zaclys ? Pourquoi ce nom bizarre ?

Bonjour ! Pour présenter la Mère Zaclys, je serais tenté de reprendre les termes que l’on peut trouver sur notre page d’accueil :

Nous proposons un ensemble de services alternatifs tels que le partage de photos, l’envoi de gros fichiers, l’hébergement cloud… et même une boîte mail depuis le début de cette année.

Concernant le nom « Zaclys », nous le tenons d’une vieille dame qui vivait dans un moulin perdu au cœur des forêts de Haute-Saône, avant la guerre. La légende dit qu’elle remontait au village pour faire les veillées traditionnelles de Franche-Comté, et qu’une nuit d’hiver elle serait rentrée chez elle trop alcoolisée et qu’elle se serait endormie dans un fossé. À cette époque nous cherchions un nom international à la Yahoo, Google, Ebay et tous ces mots qui font gagner au Scrabble 

2. Vous existez depuis plusieurs années, comment avez-vous évolué depuis les débuts ?

Nous avons créé en 1998 une première association, « Zacly Multimédias », dont l’objet était :

« la promotion et la sauvegarde du patrimoine culturel de nos 5 villages des bois chargés d’histoire, et le développement des nouvelles technologies ».

La mère Zacly (la vraie, celle dont je viens de conter l’histoire) symbolisait bien le patrimoine et surtout les 5 villages des bois (5 villages de Haute-Saône). C’était l’emblème parfait, une légende mythique de nos forêts au centre géographique des villages concernés. Et le nom composé « Zacly Multimédias » présentait bien les deux parties a priori contradictoires de l’objet de cette association : l’authenticité locale, les racines, et de l’autre le multimédia, Internet, etc.

Au milieu des années 2000, nous avons eu envie de créer un site internet, dont le but était le partage des savoir-faire. Du cercle des 5 villages, nous voulions passer à quelque chose de plus vaste pour toucher plus de monde, mais toujours en gardant les notions de partage et de solidarité. C’est ainsi que Zaclypedia.com est né (c’est aujourd’hui le service « Astuces » de Zaclys.com) et mis en ligne en novembre 2008. Dans les faits, chacun pouvait (et peut encore) créer des articles pratiques pour partager un savoir-faire.


Le point déterminant pour la suite, c’est que nous avions créé une « médiathèque personnelle », une sorte de galerie où l’on pouvait stocker des images, et cela pour illustrer les articles en question. Suite à cela, nous avons constaté que les membres n’utilisaient pas leur médiathèque pour illustrer des articles, mais bien pour stocker et partager des photos. Cela nous a étonnés, sachant qu’il existait déjà un certain nombre de (gros) sites pour faire cela. Nous avons alors commencé à comprendre que beaucoup de gens cherchaient des alternatives à ce qui existait déjà, particulièrement des solutions françaises et pratiques. Nous avons donc développé Album, et ouvert de nouveaux services par la suite.

En 2013, nous nous sommes dit qu’il fallait vraiment actualiser nos statuts, ceux de 1998 étaient pour le moins obsolètes  Mais au lieu de tout modifier, nous avons préféré créer une nouvelle association, qui était une évolution de l’association initiale. Nous avons gardé le nom de la vieille dame lors du choix du nom de domaine zaclys.com, déjà parce que tous nos membres connaissaient ce nom, mais aussi et surtout pour les mêmes raisons qu’en 1998. « La Mère Zaclys » colle toujours aussi bien à l’esprit qui anime l’association actuelle : l’alternatif, la liberté et le « libre », l’authenticité, la simplicité, le partage, l’artisanal, le local, l’intemporel, etc.

17. Des adhérents et des services qui se sont multipliés, mais combien de bénévoles actifs pour s’occuper de tout ça ? qui est derrière en termes techniques ?

Notre équipe est constituée d’un nombre impressionnant de personnes : 3
Le bureau de l’association est constitué des mêmes personnes qui assurent le suivi technique de cette chère mère Zaclys. Pour présenter les choses simplement, nous avons un programmeur/administrateur système, un comptable/support aux membres/référent cloud, et un graphiste/référent communication. Un grand nombre de domaines sont couverts, parfois de manière transversale, par cette équipe petite mais très motivée.
Ensuite, nous avons aussi des membres actifs. Ils nous écrivent des tutoriels, participent à l’entraide sur le forum, font partie des bêta-testeurs lors du lancement de nouveaux services…
Nous les en remercions d’ailleurs chaleureusement.

23. Vous proposez un tas de services… pourquoi vous faites tout ça, vous voulez être le Google de la Haute-Saône et bientôt maîtres du monde ?

Devenir calife à la place du calife ? Non merci. On n’aime pas les califes, ils abusent trop souvent de leur autorité
Même si, dès le début, nos valeurs sont celles de la liberté et du partage, c’est dans notre cheminement que nous avons constaté que beaucoup de gens cherchaient de l’alternatif et de la confidentialité. Nous n’avons donc fait que de nous développer dans cette voie, complètement compatible avec la nôtre. D’ailleurs c’est souvent en étant à l’écoute des utilisateurs, en répondant à des besoins réels que nos évolutions se font, en douceur. Que demander de plus ?
Ah si, ce que l’on pourrait demander de plus, c’est que l’information circule davantage : oui on peut se passer des services des géants du web, qui sont, certes très performants, mais aussi très dangereux au niveau liberté et confidentialité.
Alors pour répondre à votre question, voilà notre but : proposer des services alternatifs, et puisque le choix est inutile si on ignore qu’on l’a, avoir la meilleure visibilité possible pour qu’un maximum de personnes puissent choisir. On a beau avoir de bonnes intentions, on ne peut pas faire beaucoup de choses quand on est petit. À ce propos merci de nous donner la possibilité de nous exprimer ici.
De plus nous avons eu, depuis le début, l’objectif de proposer des services faciles et simples, que même nos grand-mères doivent pouvoir utiliser. Des services accessibles : gratuits pour les fonctions de base, et moins de 10 euros par an pour toutes les fonctions, parce qu’être membre d’une association, ça change tout. Nous voulions qu’un maximum de gens puissent échanger les photos de famille, avec la grand-mère à l’autre bout de la France, qui n’a qu’un clic à faire pour voir l’album, et cela sans créer de compte.
Nous privilégions également l’éducation et la création, en offrant l’adhésion annuelle à toutes les écoles primaires et à tous les fablabs qui en feraient la demande.

24. Selon vous, qu’est-ce qui vous a récemment propulsés ?

Même si c’est dans des proportions encore bien modestes, nous avons en effet bien progressé ces deux dernières années. La satisfaction de nos membres est selon toute vraisemblance la première cause à cela. Nous n’avons jamais fait de publicité pour nos services, mais nos membres parlent de nous autour d’eux, écrivent à notre sujet sur des forums. Ils trouvent nos services utiles, et ont un contact « humain » avec l’équipe. Ils sont donc satisfaits, et c’est cela notre meilleure publicité.
De plus, notre gamme de services commence à devenir bien étoffée. Cela convient à ceux qui veulent se passer complètement des services des géants, mais également à ceux qui ont juste besoin d’un cloud, ou d’une adresse mail, ou d’un hébergement pour les photos.

8. Et ces services, ils sont libres ? open source ? On peut les installer sur un serveur perso ?

Nous avons commencé avec les services Astuces, Album et Envoi, qui sont des services « maison ». Puis nous avons étoffé notre offre de services en utilisant des projets open source reconnus, comme ownCloud (pour le « nuage ») ou Roundcube (pour le courrier électronique). L’important pour nous est que nos services puissent être utilisés sur la plupart des plateformes, et avec la plupart des outils libres, depuis n’importe quel navigateur, depuis n »importe où. Par ailleurs, ce sont des outils dont le développement est très suivi. Ils évoluent donc rapidement et n’ont rien à envier aux solutions propriétaires. Enfin, on peut avoir un contact avec les développeurs et se faire entendre lorsqu’il y a un point à améliorer. On peut même contribuer à leur développement. Chacun peut choisir de s’installer son cloud ou son mail sur son propre serveur. En revanche ça demande du temps et des compétences. C’est pourquoi beaucoup préfèrent se tourner vers notre solution intermédiaire : les serveurs ownCloud dédiés. Ils ont alors leur propre serveur, on leur prépare tout et on les aide en cas de besoin pour l’administration de leur Cloud.

33. Bon si j’adhère je peux profiter de vos services, mais qu’est-ce qui me garantit que mes données personnelles seront protégées des intrus de tous poils ? Bénédicte Dupuis-Morizeau se tient au courant et elle va vous demander si ses données seront chiffrées sur vos serveurs etc. Quelles précautions prenez-vous ?

Quand on parle de protection, il faut déjà penser aux intrusions « internes ». Vous voyez ce que je veux dire. Une entreprise privée américaine attirera plus de sollicitations en tout genre ou même de malveillance qu’une association à but non lucratif française, on n’a pas les mêmes acteurs en présence, les risques de ce côté-là ne sont pas du tout les mêmes. Pas de revente de nos données à des partenaires commerciaux par exemple. Pour se faire une idée, il suffit de comparer nos conditions d’utilisation avec celles des géants, et vous aurez tout de suite compris.
Quant au niveau de la sécurité vis-à-vis de « l’extérieur », eh bien on peut se vanter d’avoir un administrateur système, très compétent en la matière, qui fait tout ce qu’il faut pour sécuriser au maximum toute l’infrastructure.

Nous avons le souci extrême de la confidentialité des données de nos membres. Par exemple, chaque accès aux photos, et même aux vignettes ou pochettes d’album, est vérifié systématiquement. À l’instant où l’auteur modifie les règles de partage de son album ou les listes des invités, chaque accès à chaque fichier est immédiatement bloqué.
Nous améliorons en permanence les règles de sécurité, en fonction de l’actualité, des technologies et des retours utilisateurs. Des sondes et des alertes automatiques surveillent en permanence l’activité des serveurs, et nous réactualisons régulièrement nos firewalls et plusieurs technos de défense que je ne citerai pas.
Tous les échanges avec nos services sont chiffrés sous ssl/tls. Depuis ce début d’année 2015 où nous avons investi dans des serveurs plus récents et plus performants, tous nos services sont mêmes passés au dessus de 80% au test Calomel SSL, certains à 90, d’autres à 100, et nous allons encore améliorer ça dans les mois à venir .

Concernant le chiffrement, non, les données ne sont pas chiffrées sur les serveurs. C’est à l’étude et vous pouvez déjà le faire sur l’offre cloud dédié. Cela dit, les données sont tout de même anonymisées (aucun nom de fichier sur le service Album par exemple) et mises sur des espaces de stockage avec des liens sécurisés. Les disques durs sont triplés depuis 2015 en RAID 1, ce qui est rare aussi, et nous doublons avec des sauvegardes déportées quotidiennes sous trois technos différentes.

Pour terminer au sujet de la sécurité, il faut savoir que le risque majeur, c’est d’abord la boite mail de l’internaute. Si vous utilisez un mot de passe trop simpliste, ou si vous le tapez sur un ordinateur infecté par un virus, un pirate peut d’une manière ou d’une autre gagner l’accès de votre boite mail. Ça lui donne l’accès à tous vos services en ligne : dans votre boite traînent des mails avec vos identifiants. Et même sans cela, il peut utiliser votre boite mail pour demander en ligne un rappel ou un changement de mot de passe, et cela sur la plupart des sites internet que vous utilisez. Alors il ne faut pas non plus tomber dans la paranoïa, sinon on ne fait plus rien. Mais il faut faire attention à ce qu’on fait, c’est vrai pour nous comme pour les utilisateurs.

41. C’est le moment d’aborder la question critique pour toutes les associations, celle du financement. Comment fonctionnez-vous matériellement ? Parce que des serveurs de plus en plus costauds, ça n’est pas gratuit…

Oh non ce n’est pas gratuit ! Ça l’est d’autant moins que nous avons, en février, fait largement évoluer notre infrastructure qui commençait à devenir insuffisante. Et nous avons aussi multiplié nos frais d’hébergement.
Pour supporter les frais, nos revenus dépendent en très grande partie des cotisations de nos adhérents. Sans ça, nous ne pourrions tout simplement pas fonctionner.
Nous avons également les revenus tirés de la location/infogérance de serveurs cloud dédiés. Ce service, assez jeune mais prometteur, a pour cible les associations et les petites structures ayant besoin d’un serveur Cloud administrable.
Nous avons, dans une moindre mesure, un partenariat avec Photobox pour des tirages photos qui peuvent être commandés directement depuis le service Album, mais ça reste marginal.

Jaloux du succès de son épouse, le père Zaclys lance un service de musique live on demand

(photo Will Langenberg https://stocksnap.io, licence CC0)

Enfin, nous avons des revenus d’affiliation d’Amazon, ainsi que la publicité Adsense (pour les non-membres). Les revenus sont insignifiants, et nous abandonnerons ces deux partenariats dès que des annonceurs locaux se manifesteront à nous. Avis aux amateurs : bandeaux à 30€/mois pour les premiers à contribuer ! Quoi qu’il arrive, nous allons nous couper de ces sociétés qui ont une philosophie à l’opposé de la nôtre. À la place nous étudions actuellement la possibilité de demander certaines subventions pour booster le développement de nos services. Chose que nous n’avons jamais faite jusqu’à présent, pour avoir une totale liberté à la création de l’association.

42. Et demain, si tout va bien ? Vous envisagez comment la suite de la mère Zaclys ? Vous resterez associatif ou bien vous allez créer une entreprise ? Vous cherchez des recrues ? c’est le moment de lancer un appel à contributions…

Notre objectif premier est de pouvoir nous salarier au sein de l’association. Nous travaillons actuellement sur notre temps libre, et nous en manquons cruellement ! Pouvoir se salarier, cela voudrait dire pouvoir passer tout notre temps à gérer et développer les services proposés. Nous pourrions alors concrétiser tous nos projets, et améliorer de manière significative tout ce que nous proposons actuellement.
Et si tout va très très bien, pourquoi pas nous tourner dans le futur vers une SCOP (société coopérative et participative) par exemple. Nous garderions notre même philosophie, tout en élargissant nos possibilités de développement.
Mais nous n’en sommes pas encore là 

Concernant des recrues, nos avons des besoins oui, et ils sont multiples. Je dirais que nous avons besoin de tout ce que font nos membres actifs en ce moment, mais de manière plus soutenue : compléter nos documentations en créant des tutoriels, des vidéos, participer à notre forum, et surtout parler des services de la Mère Zaclys autour de soi et dans les forums. Nous sommes présents sur Diaspora* depuis peu grâce aux recommandations de nos membres et sur les autres réseaux. C’est peut-être le meilleur vecteur pour faire connaître nos services.
Et bien sûr, adhérer à l’association. Les adhésions font vivre le site et ses services, et nous remercions encore une fois nos membres de nous soutenir dans cette belle aventure !
Puisse-t-elle se prolonger longtemps, et que mille mères Zaclys fleurissent !

Montréal-Python 53: Térabit Sanctifié + MTLData + DevOpsMTL + DockerMTL

Montréal Python -

Sketch credit Cynthia Savard

Si PyCon n'était pas assez pour vous, Montréal-Python vous présente sa solution : notre 53e édition! Après une incroyable première journée de sprint, nous rassemblons pour vous quelques uns des meilleurs présentateurs de PyCon, pour encore plus de présentations!

Cette édition spéciale de Montréal-Python est organisé en collaboration avec MTLData, DevOpsMTL et DockerMTL.

Trey Causey: Scalable Machine Learning in Python using GraphLab Create

I'll be giving an overview of how to use GraphLab Create to quickly build scalable predictive models and deploy them to production using just an IPython notebook on a laptop.

Nina Zakharenko: Technical Debt - The code monster in everyone's closet

Technical debt is the code monster hiding in everyone's closet. If you ignore it, it will terrorize you at night. To banish it and re-gain your productivity, you'll need to face it head on.

Olivier Grisel: What's new in scikit-learn 0.16 and what's cooking in the master branch.

Scikit-learn is a Machine Learning library from the Python data ecosystem. Olivier will give an overview and some demos of the (soon to be | recently) released 0.16.0 version.

Jérome Petazzoni: Deep dive into Docker storage drivers

We will present how aufs and btrfs drivers compare from a high-level perspective, explaining their pros and cons. This will help the audience to make more informed decisions when picking the most appropriate driver for their workloads.

Pierre-Yves David: Mercurial, with real Python bites

In this talk, we'll go over on the advantages of Python that helped the project both in its early life when so much feature needs to be implemented, but also nowaday when major companies like Facebook bet on Mercurial for scaling. We'll also point at the drawback of choosing Python and how some work-arounds had to be found. Finally, we'll look at how the choice of Python have an impact on the user too with a demonstration of the extensions system.

Merci à nos commanditaires spécial pour cet événement: Docker Inc. and LightSpeed Retail

Quand:

Lundi, le 13 avril 2015

Maison Notman 51 rue Sherbrooke Ouest, Montréal QC H2X 1X2 https://goo.gl/maps/rg4jI

Comment

Réservez votre place gratuitement ici: http://pycon-python-data-devops-docker.eventbrite.ca

Horaire:
  • 6:00pm — Ouverture des portes
  • 6:30pm — Début des présentations
  • 7:30pm — Pause
  • 7:45pm — Suite des présentations
  • 9:00pm — Bière gratuite au Bénélux, à quelques pas de la Maison Notman
Merci à tous nos commanditaires qui rendent cet événement possible
  • Lightspeed Retail
  • Docker Inc.
  • UQÀM
  • Bénélux
  • w.illi.am/
  • Outbox
  • Savoir-Faire Linux
  • Caravan
  • iWeb

Journée de Libération des Documents

Framablog -

La Journée de Libération des DocumentsDocument Freedom Day » en anglais) est une journée internationale se déroulant chaque année le dernier mercredi de mars (c’est donc aujourd’hui !). C’est un moment pour se rassembler afin d’attirer l’attention sur l’importance croissante de l’utilisation de standards ouverts dans l’accès à l’information et dans toutes nos communications numériques.

La journée est dédiée à la promotion / défense des standards ouverts, ce qui comprend à la fois les protocoles ouverts et les formats ouverts. Dans le cadre de cette journée, de nombreux groupes locaux du monde entier vont mener des actions et des événements pour promouvoir ces standards ouverts.

 

Coordonnée par la FSF Europe, la Journée de Libération des Documents vise aujourd’hui une dimension non plus locale mais bien internationale.

Notamment :

Bref, vous l’aurez compris, nous vous encourageons à visiter et à faire connaître le site http://documentfreedom.org/index.fr.html afin de sensibiliser le public à la question des standards ouverts et de l’interopérabilité.

.

Pacte du Logiciel Libre pour les départementales 2015 - relance d'« Un tract, un pacte !» pour l'entre-deux-tours

April -

Les listes candidates pour le second tour des élections départementales sont désormais connues et disponibles sur la plate-forme Candidats.fr de l'April pour les élections . N'hésitez pas à aller les consulter et à contacter les candidats qui ne l'ont pas encore été ! À l'issue du premier tour, seulement 15 candidats encore en lice ont signé le Pacte du Logiciel Libre.

Pour en savoir plus, consultez notre appel à action « Un tract, un pacte !».

Déclaration commune : les institutions publiques doivent utiliser des formats ouverts pour la publication et l'échange de documents

April -

Paris, le 25 mars 2015, communiqué de presse.

Dans le cadre de la Journée de libération des documents, l'April a cosigné une déclaration attirant l'attention sur l'importance, pour les institutions publiques en général et la Commission européenne en particulier – eu égard à son rôle moteur –, d'utiliser des standards ouverts dans tous leurs services et communications.

Ce mercredi 25 mars 2015 se déroule la Journée de libération des documents (Document Freedom Day). Cet évènement rappelle qu'il est essentiel que les formats de documents numériques soient réellement ouverts. Seuls les formats ouverts permettent aux citoyens, aux consommateurs, aux gouvernements comme aux entreprises d'utiliser les logiciels de leur choix, tout en conservant la maîtrise de leurs documents et de leurs données et ce, sur le long terme.

Cette journée permet également de sensibiliser les pouvoirs publics aux problématiques liées à l'usage de formats fermés pour les échanges avec les citoyens. Un simple formulaire à remplir exigeant des outils privateurs met dans l'embarras les nombreux utilisateurs de logiciels libres dans leurs contacts avec l'administration.

Dans ce cadre, les organisations April, Free Software Foundation Europe, European Digital Rights, OpenForum Europe and Open Source Business Alliance ont signé une déclaration commune qui appelle la Commission européenne à utiliser les standards ouverts, notamment dans les dossiers de candidature aux programmes de l'Union européenne.

« Les formats ouverts et le logiciel libre partagent les même buts : être au service de chacun et garantir que les utilisateurs conserveront le contrôle de leurs données, tout en assurant la pérennité de ces mêmes données. Par l'utilisation de formats fermés ou privateurs, les institutions publiques favorisent les positions dominantes de certaines entreprises. L'April encourage donc les gouvernements et les institutions publiques à passer à l'utilisation exclusive de formats ouverts pour la publication et l'échange de documents », affirme Frédéric Couchet, délégué général de l'April.

À propos de l'April

Pionnière du logiciel libre en France, l'April est depuis 1996 un acteur majeur de la démocratisation et de la diffusion du Logiciel Libre et des standards ouverts auprès du grand public, des professionnels et des institutions dans l'espace francophone. Elle veille aussi, à l'ère du numérique, à sensibiliser l'opinion sur les dangers d'une appropriation exclusive de l'information et du savoir par des intérêts privés.

L'association est constituée de plus de 4 000 membres utilisateurs et producteurs de logiciels libres.

Pour plus d'informations, vous pouvez vous rendre sur le site Web à l'adresse suivante : http://www.april.org/, nous contacter par téléphone au +33 1 78 76 92 80 ou par notre formulaire de contact.

Contacts presse :

Frédéric Couchet, délégué général, fcouchet@april.org +33 6 60 68 89 31

Déclaration commune : inclure et impliquer les citoyens au maximum par l'usage de standards ouverts à la Commission européenne

April -

Ce mercredi 25 mars 2015 a lieu le Document Freedom Day, une journée internationale destinée à célébrer et faire connaître les standards ouverts. À cette occasion, les organisations April, Free Software Foundation Europe, European Digital Rights, OpenForum Europe and Open Source Business Alliance souhaitent porter l'attention sur l'importance, pour les institutions publiques en général et la Commission européenne en particulier – eu égard à son rôle moteur – d'utiliser des standards ouverts dans tous leurs services et communications.

Consultez notre déclaration commune "Maximising inclusiveness and engagement through the use of Open Standards in the European Commission"> dont une traduction en français est disponible ci-dessous.

Déclaration commune : inclure et impliquer les citoyens au maximum par l'usage de standards ouverts à la Commission européenne

C'est aujourd'hui le Document Freedom Day, une journée internationale destinée à célébrer et faire connaître les standards ouverts. À cette occasion, nous voudrions porter notre attention sur l'importance, pour les institutions publiques en général et la Commission européenne en particulier – eu égard à son rôle moteur – d'utiliser des standards ouverts dans tous leurs services et communications numériques.

Les standards ouverts sont des formats et des protocoles que chacun peut utiliser librement (sans restriction) et gratuitement, et pour lesquels aucun logiciel spécifique d'un fournisseur particulier n'est requis. Ils sont essentiels à l'interopérabilité et à la liberté de faire son choix sur la base des mérites comparés des différents logiciels. C'est de la plus haute importance pour une institution publique comme la Commission européenne, car chaque citoyen européen ou chaque entreprise européenne doit avoir le droit de communiquer et interagir avec ses services en utilisant exclusivement des standards ouverts, et ne doit pas être forcé d'installer ni utiliser un logiciel d'un fournisseur particulier, quel qu'il soit. C'est pourquoi nous saisissons l'opportunité du Document Freedom Day pour exprimer nos préoccupations concernant l'usage inapproprié des standards dans les dossiers de candidature aux programmes de l'Union européenne.

De nos jours, les candidats à la plupart des programmes de l'Union européenne sont généralement obligés de remplir des formulaires PDF qui utilisent des éléments implémentés uniquement dans un logiciel propriétaire d'un fournisseur particulier (Adobe), logiciel qui n'est pas disponible pour toutes les plateformes. C'est un problème pour de nombreux candidats qui se trouvent ne plus avoir qu'un seul choix, sous peine d'être complètement exclus du processus. Cela n'a pas lieu d'être, alors qu'il existe nombre d'alternatives efficaces entièrement basées sur des standards ouverts. En général, nous conseillons de ne pas utiliser le PDF pour les formulaires en ligne et recommendons à la place des solutions basées sur des standards ouverts du Web comme le HTML5 ou les XForms. Dans cette déclaration commune, nous appelons la Commission européenne à remédier à cette situation pour garantir que toutes les interactions avec le public soient effectuées uniquement à l'aide de standards ouverts, de manière à inclure au maximum tous les citoyens européens et leur donner toute la liberté de choix possible.

Signataires :

Jean-Christophe Becquet
Président
April

Karsten Gerloff
Président
Free Software Foundation Europe (FSFE)

Andreas Krisch
President
European Digital Rights (EDRi)

Graham Taylor
PDG
OpenForum Europe (OFE)

Peter Ganten
Président du conseil d'administration
Open Source Business Alliance (OSBA)

April's 2015 Meeting - API tips from the frontline

PHP Québec -

Our next meeting will be held on April 2 at Centre cloud.ca. And once again, Pronexia will provide us with the drinks.

Please register on meetup.

When: April 2, 18:30 for drinks and networking. 19:00 for the talk.

Where: Centre cloud.ca
420 Guy
Montreal
H3J 1S6

API tips from the frontline

Anna Filina

Starting to write an API is an easy task, but you quickly stumble upon many obstacles and hard decisions. How to manage result pagination? How to handle write operations and file uploads? Join me as I share my tricks that allowed me to ship high-profile projects in record time, while keeping the code clean and maintainable.

Framapad : le renouveau

Framablog -

Depuis le lancement de Framapad en 2011, son succès ne s’est pas démenti. Pour preuve, nos serveurs s’écroulent ! C’est pourquoi, depuis maintenant près de 2 ans, nous multiplions les instances d’Etherpad afin de garder un service réactif.

Les soucis à répétition sur notre infrastructure qui ont eu lieu pendant les deux premiers mois de 2015 ont monopolisé notre attention. Du coup, la dernière instance de Framapad, lite5, s’est retrouvée à héberger près de 90 000 pads ! Depuis son lancement à la mi-octobre, cela fait quand même 18 000 pads par mois, soit 600 nouveaux pads par jour, ou 25 pads par heure !

La nouvelle instance, lite6.framapad.org, mise en place il y a peu n’est pas hébergée sur le même serveur que les autres, ce qui devrait permettre de proposer des framapads plus réactifs et moins soumis aux plantages.

Évolution du nombre de pads sur lite6, en semaines :

Évolution du nombre de pads créés, par semaine.

Les problèmes… et leur réponse ! Les pads vides

Un souci que nous rencontrons est la création de pads vides, jamais utilisés. Il s’agit le plus souvent d’une erreur de frappe dans l’adresse du pad lorsque l’on souhaite s’y rendre. Si ces pads ne prennent pas vraiment de place dans la base données, ils la polluent cependant : l’index de celle-ci grossit… pour rien !

C’est pourquoi Luc, notre gentil adminSys/codeur/râleur a codé un plugin Etherpad qui supprime automatiquement les pads vides.

Les pads qui ne servent plus

La base de données enfle toujours plus, alors que de nombreux pads ne sont plus utilisés. Nous recevons aussi de temps en temps des demandes de suppression de pads pour diverses raisons. Notre réponse ? Des pads temporaires !

Le plugin Etherpad Delete after delay, toujours codé par Luc nous permet maintenant de proposer des pads qui s’autodétruiront 24 heures, 7 jours, 31 jours ou 365 jours après la date de la dernière édition (pas la date de création, attention !).

Pour accéder aux framapads temporaires, vous pouvez vous rendre sur :

Ces différentes instances sont également proposées sur https://framapad.org.

Quand à l’instance https://beta.framapad.org elle porte bien son nom, puisqu’elle nous permet de tester certains plugins (commentaires, tableaux…) qui seront ajoutés sur les instances suivant leur intérêt et leur stabilité.

Les vieilles instances

Lite, lite2, lite3, lite4 et lite5 fonctionnent toujours, mais nous ne permettons plus la création de nouveaux pads dessus, étant donné l’instabilité régulière de ces instances (la chanson de JcFrog a bien failli achever le serveur, en lui amenant plein de nouveaux utilisateurs).

Afin de soulager notre infrastructure, nous passerons prochainement ces instances en mode lecture seule : vous pourrez toujours accéder (et télécharger) au contenu des pads, mais ceux-ci ne seront plus éditables. Ce passage en « read-only » sera effectué grâce au logiciel Padro créé par le bouillant Luc (encore lui !) pour répondre à nos besoins. Il faut dire que comme c’est lui qui s’occupe principalement des serveurs, il fait tout pour avoir le moins de problèmes possible !

Vous pourrez également, lorsque la prochaine version d’Etherpad sera sortie, accéder aux révisions sauvegardées de vos pads via Padro.

EDIT : la nouvelle version d’Etherpad est sortie (la 1.5.2) entre la rédaction et la publication de ce billet. Ce n’est donc plus qu’une question de disponibilité de Luc.

Et MyPads ?

Comme indiqué dans l’article publié récemment le développement du plugin de pads « privés » MyPads se poursuit.

Vous devriez pouvoir d’ici quelques jours tester une version alpha du plugin, et nous visons toujours une sortie officielle et un déploiement sur Framapad d’ici quelques semaines.

 

Mais alors, Framasoft fait du code ?

Non, toujours pas. L’inoxydable Luc a codé les plugins et Padro pour répondre à nos besoins et résoudre les problèmes que nous rencontrons, comme tout adminSys en telle situation

Et MyPads fait suite à notre campagne de financement participatif : Framasoft a pu passer un contrat pour faire développer MyPads grâce à ce financement, mais ce n’est pas Framasoft qui produit le code.

Apéro April le 11 avril 2015 à partir de 19h30 dans les locaux de l'April (Paris)

April -

Début: 11 Avril 2015 - 19:30Fin: 11 Avril 2015 - 23:59 Un apéro April ?

Un apéro April consiste à se réunir physiquement afin de se rencontrer, de faire plus ample connaissance, d'échanger, de partager une verre et de quoi manger mais aussi de discuter sur l'actualité et les actions de l'April. Un apéro April est ouvert à toute personne qui souhaite venir, membre de l'April ou pas. N'hésitez pas à venir nous rencontrer.

L'apéro a lieu à Paris notamment parce que le local s'y trouve ainsi que les permanents et de nombreux actifs. Membre ou pas de l'April vous êtes les bienvenus. Contactez-nous pour organiser un Apéro April dans votre région.

Quand et quoi

Le prochain apéro aura lieu le 11 avril 2015 à partir de 19h30 dans les locaux de l'April au 44/46 rue de l'ouest, bâtiment 8, 75014 Paris (entrée possible par la place de la Catalogne, à gauche du biocop, au niveau des autolib), le téléphone du local est le 01 78 76 92 80 en cas de besoin.

Cet apéro a lieu exceptionnellement un samedi car le week-end des 11 et 12 avril il y a une réunion de travail pour les membres du conseil d'administration et permanents. C'est l'occasion de les rencontrer et de partager du glou et du miam avec eux.

Pour tous les détails et vous inscrire rendez-vous sur le pad.

les rencontres Framasoft à venir

Framablog -

Exceptionnellement, cet article est sous licence Beerware. Car les membres de Framasoft, non content d’être hyperactifves du clavier en s’attaquant à une montagne de projets, aiment bien ces moments de rencontres, conférences, papotes, etc… que nous réservent les festivités AFK.

Stand Framasoft aux RMLL 2014 de Montpellier

Ainsi, si vous venez à notre rencontre dans les prochaines dates, et si vous aimez ce que l’on fait, vous avez désormais légalement le droit (et non le devoir) de nous payer une bière ou autre… Car oui : il y a des membres de Framasoft qui boivent autre chose que de la bière.

Voici donc quelques dates où vous pourrez nous retrouver, discuter, découvrir voire rejoindre les humains qui agissent derrière leurs claviers…

  • Ce week-end (les 28 et 29 mars) de nombreux membres de Framasoft seront présent-e-s au JDLL de Lyon. Pierre-Yves y donnera une conférence Degooglisons Internet, mais vous pourrez aussi y retrouver Kinou, Quentin, Lamessen, Fabien, Framartin, Flaburgan, Fat115, Pouhiou… bref, on y sera en force. Et vous pourrez aussi y retrouver un certain Tristan Nitot ou encore Louis Pouzin (un des papas d’Internet)
  • Et comme nous serons nombreuxses sur Lyon, on pourra même participer au Coding Goûter organisé de 14 à 17 heures à Locaux Motiv à Lyon le samedi 28 mars.
  • Mais le samedi 28 Mars, nous serons aussi à Paris où Fred fera une conférence gourmande et Libre, en collaboration avec Modzilla et l’April au ReSIC organisées par Ingénieurs Sans Frontières.
  • Et toujours le samedi 28 mars, ce sera Luc (notre Framasky favori) qui nous représentera aux Journées du Libre de Nancy avec une conférence Degooglisons Internet.
  • Les 24 et 25 avril à Bruxelles, Luc nous représentera à Associalibre pour une conférence Degooglisons Internet.
  • Le 5 mai, Pyg participera à un « Café éthique » sur le sujet de la vie privée organisé par l’École centrale de Lyon.
  • Le 7 mai, Pyg (dans sa tournée des écoles ^^) sera à l’école Isara où il donnera une conférence Logiciel Libre et Développement Durable.
  • Enfin les 23 et 24 mai, Fred et Pouhiou se sont faits inviter par Bookynette au festival Geekopolis (dans le village du Libre tenu par Parinux et Ubuntu-fr) où ils feront une conférence Dégooglisons Internet le samedi (pour Fred) et une sur le droit d’auteur le dimanche (pour Pouhiou).

Voilà pour les prochaines rencontres… Il y a de nombreuses demandes sur notre page de contact (on essaie d’y répondre au mieux selon les disponibilités de nos bénévoles).

Si vous ne pouvez pas nous payer une bière (ou un jus de fruits ^^) lors de ces rencontres, sachez que vous pouvez toujours soutenir Framasoft par vos dons, mais que vous pouvez aussi participer en venant proposer vos talents sur notre nouveau forum des bénévoles

 

Journée de libération des documents le 25 mars 2015

April -

L'April soutient la journée de libération des documents, dont l'édition 2015 se tiendra le 25 mars. Cette journée a pour objectif de rappeler qu'il est important que les formats de documents numériques soient réellement ouverts. Les formats ouverts permettent aux citoyens, aux consommateurs, aux gouvernements comme aux entreprises d'utiliser les logiciels de leur choix, tout en conservant la maîtrise de leurs documents et de leurs données et ce, sur le long terme.

Pour cette édition, nous encourageons chacun(e) à sensibiliser un maximum d'acteurs, citoyens comme pouvoirs publics, à l'importance des formats ouverts.

Pour cela, vous pouvez, par exemple, sensibiliser les pouvoirs publics aux problématiques liées à l'usage de formats fermés pour les échanges avec les citoyens. C'est le cas, en particulier, des formulaires à remplir qui exigent des outils privateurs, mettant ainsi dans l'embarras les nombreux utilisateurs de logiciels libres dans leurs échanges avec l'administration.

Vous pouvez signer et faire signer notre appel pour l'utilisation des formats ouverts dans l'Éducation nationale.

Vous pouvez également vous informer et sensibiliser à l'importance des formats ouverts et de l'interopérabilité pour les citoyens, notamment en utilisant et en relayant le document de sensibilisation de l'April Formats ouverts, pour quoi faire ? .

N'hésitez pas à inventer vos propres modes de sensibilisation et à nous transmettre vos actions, pour la généralisation de l'usage de formats ouverts et pour l'interopérabilité.

Pour en savoir plus sur cette journée, visitez le site du Document Freedom Day.

Revue de presse de l'April pour la semaine 12 de l'année 2015

April -

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

En podcast.

Sommaire de la revue de presse de l'April pour la semaine 12

[Le Telegramme] Logiciels libres. La Ville donne l'exemple

Par la rédaction, le samedi 21 mars 2015. Extrait:
> C'est une réalité sur les ordinateurs de la Ville. Les élus ont décidé de privilégier les logiciels libres depuis le début des années 2000. Dans ce monde du gratuit et du collaboratif, ils ont aussi opté pour le partage de données.
Lien vers l'article original: http://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/lannion/logiciels-libres-la-ville-donne-l-exemple-21-03-2015-10565762.php

Et aussi:
[Centre Presse] Pour vivre le Web en liberté

Voir aussi:
Découvrir le logiciel libre autour du printemps, déjà 42 événements pour le Libre en Fête 2015

[Developpez.com] Le Manifeste GNU souffle sa 30e bougie

Par Amine Horseman, le vendredi 20 mars 2015. Extrait:
> Retour sur ce célèbre document initié par Richard Stallman, qui avait bouleversé le monde de l'informatique
Lien vers l'article original: http://www.developpez.com/actu/82813/Le-Manifeste-GNU-souffle-sa-30e-bougie-retour-sur-ce-celebre-document-initie-par-Richard-Stallman-qui-avait-bouleverse-le-monde-de-l-informatique

[Silicon.fr] Projet de loi sur le renseignement: «dangereux», «liberticide», «stupide»

Par Reynald Fléchaux, le jeudi 19 mars 2015. Extrait:
> Volée de bois vert pour le projet de loi sur le renseignement. Les associations représentant l’industrie et les défenseurs des libertés numériques pointent notamment deux mesures: l’installation de boîtes noires d’analyse des comportements sur les réseaux des opérateurs ou FAI et la remise aux autorités de moyens de déchiffrement.
Lien vers l'article original: http://www.silicon.fr/projet-loi-renseignement-dangereux-liberticide-stupide-111470.html

Et aussi:
[Télérama.fr] Renseignement: une loi pour punir le «pré-terrorisme»?
[Next INpact] Comment la France veut décupler les pouvoirs du renseignement
[Next INpact] Surveillance et boîte noire au menu de la loi sur le renseignement
[L'OBS] Projet de loi sur le renseignement : l'arsenal étoffé pour traquer les terroristes

[Silicon.fr] Paris rejoint l'April pour promouvoir le logiciel libre

Par Ariane Beky, le mardi 17 mars 2015. Extrait:
> Déjà membre de l’Adullact et de OW2, la Ville de Paris rejoint l’April, association de promotion et défense du logiciel libre. La capitale française confirme ainsi son engagement à la communauté.
Lien vers l'article original: http://www.silicon.fr/paris-rejoint-april-logiciel-libre-111190.html

Et aussi:
[cio-online.com] Logiciels libres : la ville de Paris s'engage

Voir aussi:
Paris adhère à l'April et renforce son engagement pour le logiciel libre

[ZDNet] Qualité du code Open source: la confiance est-elle ébréchée après OpenSSL?

Par la rédaction, le mardi 17 mars 2015. Extrait:
> La communauté des développeurs a-t-elle été ébranlée par une succession de failles du protocole de chiffrement SSL? Ebranlée, non, mais bien secouée. Certains éditeurs en profitent pour parler de «réinvestir». Pourquoi?
Lien vers l'article original: http://www.zdnet.fr/partenaires/ibm/qualite-du-code-open-source-la-confiance-est-elle-ebrechee-apres-openssl-39816458.htm

[Next INpact] Islamic-news.info bloqué sans juge, pour apologie ou provocation au terrorisme

Par Marc Rees, le lundi 16 mars 2015. Extrait:
> Le site islamic-news.info est parmi les premiers bloqués par le ministère de l’Intérieur, comme l’autorise désormais la loi sur le terrorisme. Une tentative de visite se solde désormais par un message de la Place Beauvau arborant une grande main rouge pour imager ce blocage administratif, sans juge.
Lien vers l'article original: http://www.nextinpact.com/news/93457-islamic-news-info-bloque-sans-juge-pour-apologie-ou-provocation-au-terrorisme.htm

Et aussi:
[Numerama] 10 problèmes posés par la censure d'Islamic-News.info

[usine-digitale.fr] L’Etat s’ouvre davantage aux logiciels open source

Par Ridha Loukil, le lundi 16 mars 2015. Extrait:
> Avec le nouveau socle interministériel de logiciels libres, l’Etat confirme sa volonté d’accroiîre l’utilisation de l’open source dans ses services. Au menu : non seulement les postes de travail, mais aussi les serveurs, les bases de données et les outils de développement.
Lien vers l'article original: http://www.usine-digitale.fr/article/l-etat-s-ouvre-davantage-aux-logiciels-open-source.N319400

Note

Les articles de presse utilisent souvent le terme « Open Source » au lieu de Logiciel Libre. Le terme Logiciel Libre étant plus précis et renforçant l'importance des libertés, il est utilisé par l'April dans sa communication et ses actions. Cependant, dans la revue de presse nous avons choisi de ne pas modifier les termes employés par l'auteur de l'article original. Même chose concernant l'emploi du terme « Linux » qui est généralement utilisé dans les articles pour parler du système d'exploitation libre GNU/Linux.

Conférence de l'April sur TAFTA, CETA, TISA à Cambridge (États-Unis) samedi 21 mars 2015

April -

L'April sera présente au LibrePlanet à Cambridge (États-Unis) les 21 et 22 mars 2015 et donnera une conférence sur les accords commerciaux type TAFTA (Transatlantic Free Trade Agreement/Area - Zone transatlantique de libre-échange) et leur impact sur les libertés informatiques.

LibrePlanet est la conférence annuelle de la Free Software Foundation (Fondation pour le Logiciel Libre). L'édition 2015 aura lieu au MIT (Massachusetts Institute of Technology) à Cambridge (États-Unis) les 21 et 22 mars 2015.

Marianne Corvellec et Jonathan Le Lous, membres du conseil d'administration de l'April, seront présents et donneront une conférence sur le thème "TAFTA, CETA, TISA: traps and threats to Free Software Everywhere" samedi 21 mars à 15h55, heure de Paris (10h55 heure de Boston).

Les conférences seront diffusées en direct, pour plus d'informations voir la page dédiée à la diffusion en ligne.

Toutes les informations pratiques et le programme sont disponibles sur le site du LibrePlanet 2015.

Rapport Reda : plus que quelques heures pour rejeter les amendements pro DRM

April -

Il ne reste plus que quelques heures pour contacter les députés de la Commission des affaires juridiques (JURI) du Parlement européen afin de leur demander de s'opposer aux amendements qui visent à laisser perdurer les menottes numériques (DRM), avant les débats prévus les 23 et 24 mars 2015.

Comme nous le détaillons dans notre communiqué « Rapport Reda: pitoyable déluge d'amendements pour maintenir les DRM », de nombreux députés ont déposé des amendements destinés à anéantir les avancées du rapport Reda. L'adoption de ces amendements laisserait perdurer les menottes numériques (DRM) qui continueraient ainsi à exercer leurs préjudiciables mesures de restriction.

En faisant dépendre la protection juridique des DRM de la publication de leur code source ou des spécifications d'interfaces, Julia Reda souhaite créer un véritable droit à interopérer avec les mesures techniques (paragraphe 24 de son rapport). Certes, cette proposition pourra être améliorée, mais d'abord, elle doit être soutenue.

Il est déplorable de constater que la liasse d'amendements contient dix amendements de suppression de ce paragraphe 241, déposés par 22 eurodéputés, et trois amendements de modification2 qui affaiblissent ou vident de sa substance le paragraphe.

L'April appelle à la mobilisation pour contacter, par courriel ou téléphone, les membres de la commission JURI pour les informer des problèmes posés par les DRM et leur demander de rejeter les amendements de suppression du paragraphe 24 du rapport Reda ainsi que ceux qui l'affaiblissent ou le vident de sa substance.

N'hésitez pas à utiliser le piphone de nos amis de La Quadrature du Net.

Sur les autres points du rapport Reda, vous pouvez consultez l'appel à action de La Quadrature du Net.

  • 1. Amendements 539, 540, 541, 542, 543, 544, 545, 546, 547, 548
  • 2. Amendements 549, 550, 551

MyPads : second point sur le développement

Framablog -

Deux semaines se sont écoulées depuis le premier point sur MyPads, qui est pour rappel le plugin Etherpad, et donc Framapad, qui apportera la gestion des groupes et pads privés par utilisateur.

L’avancement

Comme prévu, les dernières tâches ont été consacrées au début du développement de l’interface Web de MyPads, et plus précisément :

  • la mise en place de l’environnement de développement : browserify, watchify… ;
  • l’emploi d’un serveur HTTP de test autonome afin de fluidifier le travail de test et de relance ;
  • la mise en page générale et sa feuille de style associée, avec prise en compte de différentes tailles d’écrans (responsive) ;
  • la création de modules transversaux : système de notifications, infobulles, validation des saisies….

Pour ceux que cela intéresse, le code client repose entre autres sur Mithril.JS, Lodash, JSS.

La suite

D’ici quelques jours seront avancés les modules pour :

  • l’authentification et la souscription de compte en propre ;
  • la page de profil utilisateur ;
  • les tests fonctionnels pour ces modules.

Une fois cela réalisé, une version alpha sera proposée, qui emploiera la toute dernière version du code et sera remise à plat chaque jour. Elle sera disponible en anglais et en français.

Suivront bien entendu le module d’administration et ceux qui seront les plus utiles pour MyPads, à savoir la gestion des groupes et des pads. Notez que vous pouvez toujours suivre les avancées sur notre instance Gitlab, ou sur son miroir Github.

MyPads : second feedback

Two weeks have passed since our first point about MyPads development, the Etherpad plugin, and so Framapad plugin, which will bring groups and private pads managements per user.

Progress

As intended, recent tasks have been dedicated to the MyPads Web user interface development, and more precisely:

  • setup of the front-end development environment : browserify, watchify
  • usage of a mockup HTTP server in order to make the workflow better
  • global layout and its stylesheet, responsive design included
  • development of common modules : notification system, tooltips, data validation….

For those who are interested about technical details, front-end code is based, among others, on Mithril.JS, Lodash, JSS.

Next steps

In the coming days you will see progress on modules:

  • authentication and subscription
  • user profile
  • setup of functional unit testing for these modules.

Once done, an alpha version will be setup online. It will use the latest commit and will be daily updated. It will be available both in English and French.

Of course, the administration and the most important modules of MyPads will come soon after that: groups and pads management. Note that you can follow MyPads progress on our Gitlab instance, or our Github mirror.

Découvrir le logiciel libre autour du printemps, déjà 42 événements pour le Libre en Fête 2015

April -

Paris, le 18 mars 2015, communiqué de presse.

Comme chaque année depuis 15 ans, au début du printemps, dans une dynamique conviviale et festive, des événements auront lieu pour permettre au grand public de découvrir les logiciels libres. C'est l'initiative Libre en Fête avec, comme thématique optionnelle de cette édition 2015 « la priorité au logiciel libre au quotidien » ; à ce jour, 42 événements sont déjà référencés.

Depuis 2001, l'April invite les groupes d'utilisateurs de logiciels libres et les associations de promotion de ces logiciels à organiser, pour l'arrivée du printemps, des événements de découverte à destination du grand public. L'édition de cette année est organisée en partenariat avec la Délégation aux usages de l'Internet (qui va être intégrée à l'Agence du numérique) et l'Agenda du Libre.

Libre en Fête 2015 peut, notamment, être l'occasion pour les cyber-bases, les espaces publics numériques (EPN) et autres espaces d'initiation à l'informatique et ses enjeux, ainsi que pour les groupes d'utilisateurs de logiciels libres, d'initier un partenariat régulier. Ces groupes d'utilisateurs ont pour objectif de faire découvrir le logiciel libre et ses applications au grand public à travers des actions locales. Ces actions sont non seulement complémentaires aux activités d'un espace Cyber-base ou d'un EPN mais leurs objectifs est le plus souvent intégré à leurs missions.

Autour du 21 mars, de nombreux événements auront donc lieu : ateliers de découverte, conférences, débats, fêtes d'installation, projections, rencontres, etc. Le public découvrira ainsi des applications comme la suite bureautique LibreOffice, le lecteur multimédia VLC, le navigateur Web Mozilla Firefox, des systèmes d'exploitation libres (GNU/Linux, *BSD…) ou des projets tels que l'encyclopédie libre et collaborative Wikipédia, la cartographie libre et collaborative OpenStreetMap et bien d'autres.

« Le Libre en Fête est une initiative de l'April qui existe grâce à la mobilisation des groupes d'utilisateurs de logiciels, des Espaces Publics Numériques (EPN) et des structures qui organisent des événements. Nous les remercions tous chaleureusement pour leur engagement concernant la promotion du logiciel libre et pour les actions de sensibilisation qu'ils mènent en faveur des libertés informatiques » a déclaré Frédéric Couchet, délégué général de l'April.

À propos de l'April

Pionnière du logiciel libre en France, l'April est depuis 1996 un acteur majeur de la démocratisation et de la diffusion du Logiciel Libre et des standards ouverts auprès du grand public, des professionnels et des institutions dans l'espace francophone. Elle veille aussi, à l'ère du numérique, à sensibiliser l'opinion sur les dangers d'une appropriation exclusive de l'information et du savoir par des intérêts privés.

L'association est constituée de plus de 4 200 membres utilisateurs et producteurs de logiciels libres.

Pour plus d'informations, vous pouvez vous rendre sur le site Web à l'adresse suivante : http://www.april.org/, nous contacter par téléphone au +33 1 78 76 92 80 ou par notre formulaire de contact.

Contacts presse :

Frédéric Couchet, délégué général, fcouchet@april.org +33 6 60 68 89 31

Atelier Django: Introduction au développement d'application web

Montréal Python -

Bonne nouvelle !

Si vous avez le désir de développer des applications web, on organise un atelier mardi prochain, le 24 mars. Le but de l'atelier est d'apprendre la base et les bonnes pratiques pour développer des applications web. L'atelier sera presenté en français et en anglais.

Qui

Si vous avez suivi l'introduction à Python, c'est tout ce que vous avez besoin.

Requis

Les exemples seront faits sur l'environnement Linux. Avec un peu d'effort, ça marchera sur Mac. Si vous avez un environnement Windows, on vous suggère fortement d'installer une machine virtuelle VirtualBox en suivant ces étapes.

Comment

Inscrivez-vous gratuitement.

Quand

Mardi, le 24 mars 2015, de 17:30 à 21:00

Université du Québec à Montréal (UQÀM) Pavillion Président-Kennedy Salle PK-2605

N'oubliez pas votre laptop ! :)

Créateurs du net, Creative Commons et réforme du droit d’auteur : #SupportREDA

Framablog -

Ce serait peut-être l’une des plus grandes opportunités manquées de notre époque si le logiciel libre ne libérait rien d’autre que du code.

Voilà une devise forte clamée en haut de notre Framablog. C’est en y croyant que nombre de créateurs de contenus ont appliqué les méthodes, réussites et modèles du Logiciel Libre à d’autres domaines.

Salut et merci pour les outils

La naissance des Creative Commons ou de la Licence Art Libre, le contrat de cession non-exclusive de droits développé par les juristes de la maison d’édition Framabook, la médiathèque Wikimédia Commons (ou la bibliothèque du Domaine Public Wikisource), et toutes ces œuvres Libres ou de libre diffusion que l’on peut trouver en un clic… la mouvance du logiciel libre ne cesse d’inspirer de nouveaux outils à celles et ceux qui ne créent pas du code informatique.

Bien sûr, les créateurs culturels n’ont pas attendu la venue du logiciel libre pour considérer le libre partage de leurs œuvres. Mais, personnellement, lorsque je me suis rendu compte que mes écrits sont fondamentalement libres, qu’ils sont libres dans la manière dont ils se créent, dont ils se reçoivent, dont ils se financent… Lorsque j’ai réalisé que mettre des barrières ou des péages serait aussi bien un déni de leur nature profonde qu’un déni de la réalité économique digne d’un bisounours (doit-on rappeler que l’économie de l’attention régit le net, et que les barrières empêchent de capter cette attention ?)…

Bref, lorsque j’ai pris conscience de tout cela, j’ai trouvé vos outils à ma disposition. J’ai rencontré vos communautés pour prêter à mes œuvres un peu d’attention. J’ai reçu vos conseils, vos expériences, votre travail et même votre argent pour nourrir mes expérimentations. Mais surtout, surtout… j’ai fait la connaissances d’autres créateurs imprégnés de la culture du net. Des créateurs qui, à l’heure de la création/diffusion numérique, voient tout comme moi l’opportunité formidable que représente le Libre.

Les Auteurs Énervés parlent des Creative Commons

Thierry Crouzet et Neil Jomunsi m’ont invité sur le deuxième numéro de leur podcast engageant et engagé. Une émission sans langue de bois ni politiquement correct, où l’on parle droit devant soi, où l’on se défoule à balancer ce qu’on réfléchit à deux fois à dire lorsqu’on écrit un article de blog. Cette émission foutraque nos a permis d’échanger sur les pratiques du Libre, l’avantage de l’écriture diffusée sous Creative Commons, le rapport REDA… et même la montre d’Apple !

Thierry Crouzet et Neil Jomunsi, les auteurs énervés.

Il faut dire que ces comparses n’en sont pas à leur coup d’essai libriste. Thierry Crouzet a développé le principe d’économie de la paix, qu’il a expérimenté avec son récit Le geste qui sauve (traduit en plus de 12 langues grâce à sa licence libre). Il continue, aujourd’hui, de jongler entre l’édition traditionnelle et la libre diffusion de ses écrits… Notamment son projet-roman 1 Minute, où il écrit-publie quotidiennement, et ce pour un an, la même minute (vue par autant de personnages différents) cette minute où l’on apprend que nous sommes pas seuls dans l’univers.

Après avoir passé un an à écrire une nouvelle par semaine pour son Projet Bradbury, Neil Jomunsi a enchaîné les expériences d’écriture. Que ce soit inviter des amis auteurs à écrire 24h dans un train de Berlin… ou à concevoir le livre-web Radius (où six auteurs incarnent chacune un personnage), ses envies débordent. Il a aussi récemment été en première ligne des auteurs soutenant le rapport REDA.

Les vidéastes Français soutiennent le rapport REDA

J’ai rongé mon frein sur ce rapport REDA. J’ai vu les copains, comme Neil, aller au charbon. Écrire des articles blogs et des lettres ouvertes, et recevoir en retour le dédain méprisant de l’euro-député Jean Marie Cavada. Les créateurs du net sont (selon lui), à l’image de son petit-fils : pas des Goethe ni des Victor Hugo. Soit. Je ne comprends toujours pas en quoi cela ne nous donne pas voix au chapitre sur cette réforme essentielle et nécessaire du droit d’auteur.

J’ai rongé mon frein et me suis tu. Je devais la fermer, pour ne pas dire ce qui se préparait. Lorsque j’ai lu le rapport REDA, je l’ai trouvé formidable parce que modéré. Il replace les auteurs et créateurs au centre des préoccupations de l’industrie culturelle. Il renforce leur position face aux éditeurs et producteurs, tout en reconnaissant l’importance de ces intermédiaires. Il autorise et encadre les pratiques créatives du remix, du mash-up et de la citation. Il renforce le domaine public et le domaine public volontaire.

 

 

J’ai rongé mon frein parce que je savais ce qui se préparait. Avec des copains vidéastes, des « YouTubeurs » comme on aime nous estampiller, nous nous sommes rassemblés. Nous avons écrit, produit et réalisé une vidéo collective dans le plus grand secret. Nous avons contacté La Quadrature du Net pour travailler ensemble à soutenir cette réforme. Je suis très fier de démontrer ainsi que des « gamins qui se filment dans leur chambre » (comme on ne manquera pas de nous appeler) sont en fait des créateurs dotés d’une conscience politique, des citoyens qui savent lire et soutenir des projets de loi.

La Culture Libre ne dépend que de nous.

Soutenez le rapport REDA

On a envie d’y croire. De croire qu’un autre rapport entre créateurs et public est possible. Que plutôt que d’être un vendeur de livres (ou d’espaces pubs avant les vidéos), on peut simplement être des auteurs qui vous proposent ce que l’on fait… que ce soit directement ou aidés par des intermédiaires.

Mais cela ne tient qu’à vous. Intéressez-vous aux personnes qui proposent un autre rapport que celui de simple commerçant opposé aux pirates-voleurs. Diffusez et partagez des œuvres Libres. Donnez-leur du temps, de l’attention, des apports ou de l’argent.

Créez, surtout. Créez en vous inspirant de qui bon vous semble, en utilisant les outils, licences, savoir-faire, moyens de diffusion et de production qui peuplent nos Internets.

Et s’il vous plaît, prenez le temps de vous renseigner sur le rapport REDA et de le soutenir en contactant vos euro-députés.

Le droit d’auteur peut enfin se mettre à autoriser et encourager la culture que vous aimez. Ça se passe maintenant… et il n’en tient qu’à nous.

Pacte du Logiciel Libre : dernière semaine avant le premier tour des départementales 2015

April -

Le premier tour des élections départementales se déroulera dimanche 22 mars 2015 : il ne reste donc plus que quelques jours pour contacter vos candidats et leur proposer de signer le Pacte du Logiciel Libre ! Vous pouvez encore leur écrire, téléphoner, ou tout simplement leur en parler lorsque vous les croiserez sur les marchés, à la sortie des écoles, ...

Pour simplifier les contacts, notre plateforme propose la liste de l'ensemble des candidats dans votre canton, telle qu'annoncée par le ministère de l'intérieur : n'hésitez donc pas à aller voir quels sont les candidats qui ont déjà été contactés, et à approcher ceux qui ne l'ont pas encore été. Actuellement, 66 candidats ont déjà signé le pacte.

Lorsque vous rencontrez vos candidats, ou qu'ils signent le Pacte du Logiciel Libre, n'hésitez pas à prendre des photos ou à écrire des billets de blogs relatant votre expérience : nous pourrons ensuite le relayer, et ainsi encourager les volontaires à sauter le pas. Candidats.fr se construit et fonctionne grâce aux volontaires sur le terrain et au partage : merci à tous ceux qui participent, et n'hésitez pas à contribuer !

Pour en savoir plus / Comment agir

Pages

Subscribe to FACIL agrégateur - Le monde du libre